vendredi 21 novembre 2008

Dans cette ville, lorsqu'on a un visa de quatre mois, on peut demander un compte en banque, mais pas une carte de bibliothèque ordinaire. Il faut payer trente dollars pour un trimestre. Je suis partie un peu vexée, mais demain j'y retourne : Lily m'a prise en pitié et m'a prêté sa carte.
Je ne suis pas certaine d'être très crédible en « Lily Cheung ».

Les gens sont gentils. Derrick Gillissie, mon nouveau conseiller à la banque, sorte de gros poupon joufflu, n'arrête pas de ponctuer ses phrases ou mes réponses d'un « excelleeeeent ! » à la fois encourageant et doucereux. J'ai l'impression d'être un bébé à qui l'on apprend à assembler des cubes.

Après un grand tour dans le coeur historique de la ville, Gastown, complètement trempée, je me suis installée au Smart Mouth, qui arborait fièrement une gigantesque collection de cafés. J'ai commandé un expresso macchiato. Le patron, qui avait la carrure d'un All-Black et le sourire d'un dinosaure, m'a lancé un regard broussailleux en me demandant d'une voix tonitruante : « Macchiato macchiato ? Italian way ? ». Espérant aboutir à un compromis honorable entre la lavasse canadienne et la goutte sur-caféinée italienne, pour mon malheur j'ai répondu oui. Mais le compromis n'était pas là où je l'attendais. Résultat : une concentration en café qui donnerait de l'énergie à une troupe de khâgneux durant toute une année injectée dans une tasse remplie à ras-bord. La tasse n'était pas un mug, mais j'en ai encore le goût dans la bouche.

Extraits de télévision.
Hier soir, un téléfilm catastrophe. Dans la cuisine, la femme-flic pleine de courage interpelle son mari tout mou : « Kevin, this is an emergency, do you understand ? The city is being bombed by meteorites. You have to go back there and behave like a man. Do you think you can really turn your back on Tyler ? He's your best friend ! » Quelque temps plus tard, elle appelle ses supérieurs, totalement désespérée : « Tell me ! What is the protocol with meteorites ? I don't know how to face this ! »
En déjeunant à midi, j'ai tenté un tour d'horizon des 120 chaînes disponibles. J'ai fini par atterrir sur the Food channel, accrochée par un « Nothing beats cheddar cheese in a brocoli soup ! » à l'enthousiasme totalement communicatif. Après un « You know, condiments in general are a great way to add flesh to your cooking », ce présentateur survolté aux cheveux dans le vent s'est lancé dans la confection d'un dessert qui m'a coupé l'appétit. Mode d'emploi : tapisser les parois de petites caissettes à muffins de chocolat fondu et placer au réfrigérateur. Avec de grands mouvements de tête et un sourire ravageur, mixer du beurre de cacahuète, du cream cheese, du sucre et de l'extrait de vanille. Remplir les petits moules chocolatés de cette pâte engageante puis recouvrir d'une couche de chocolat fondu pour fermer hermétiquement la chose. Déguster en famille après la soupe de brocolis.

2 commentaires:

Fabrice a dit…

L'origine du beurre d'arachide remonte à 1890, quand, dans le cadre d'une expérience, un médecin américain, George A. Bayle Jr., a moulu des arachides en vue d'obtenir une pâte de noix qui servirait de substitut nutritionnel riche en protéines aux personnes n'ayant pas de bonnes dents

La télé qui vous veux du bien !

kiaora a dit…

merci pour ces infos plus qu'enrichissantes que 100g de beurre de cacahuètes...mais quand même ...la cacahuète...je ne suis pas fan!